Les compétences des docteurs

Cédric Etienne Directeur développement activité conseil secteur public Afrique

Certains auraient imaginé que l’étude APEC Deloitte sur les compétences des chercheurs puissent être réalisée par les chercheurs eux-mêmes, mais ce n’est pas ce que nous annonce Cédric Etienne qui est responsable du développement de l’activité conseil secteur public en Afrique Francophone chez Deloitte Secteur Public depuis 2007, après avoir été manager à Eurogroup (2001-2006), chef de projet TNS SOFRES à Londres puis à Paris (1993-1999) et fait un Master of Arts l’université de Reading.

Beaucoup plus d’informations sur cette étude et l’histoire des études sur les compétences ici.

Publicités

Clément Varenne, un doctorant pirate au service des étudiants

De la piraterie au syndicalisme, il n’y a qu’un pas que Clément Varenne fait en permanence. Il rédige une thèse intitulée « Piraterie et mentalité de raid dans la Méditerranée ancienne » depuis 2009 à l’Université Toulouse II Le Mirail sous la direction de Pierre Moret grâce à un Contrat Doctoral Unique de type 2, c’est-à-dire un contrat qui permet au doctorant d’effectuer des activités complémentaires (enseignement, valorisation de la recherche…) à sa thèse. Et justement aujourd’hui, il est responsable de la formation et de l’insertion au PRES Université de Toulouse.

En plus d’aider les étudiants à se former et s’insérer, Clément, qui prône un travail collectif, les représente et défend grâce à ces nombreux engagements : élu UNEF au Conseil Scientifique (2010-12), élu au collège doctoral de l’Université de Toulouse (2010-12), représentant des doctorants au Comité de concertation de site 2012 et représentant doctorant Midi-Pyrénées pour les assises de l’enseignement supérieur et la recherche 2012.

Il est interviewé par Sebastien Poulain le 27 novembre 2012 à la sortie des assises nationales de l’ESR.


David Vissière, un chef d’entreprise qui capte

David Vissière dirige SYSNAV, une entreprise high tech spécialisée dans les solutions de navigation sans GPS qui développe des capteurs. SYSNAV est née en octobre 2008, spin off du Ministère de la Défense et de MINES-ParisTech où David a effectué sa thèse en mathématiques appliquées sur le thème “Solution de guidage-navigation-pilotage pour véhicules autonomes hétérogènes en vue d’une mission collaborative” au Centre Automatique et Systèmes.

Dans le témoignage vidéo ci-dessous, il évoque les compétences acquises grâce à la formation par la recherche pour un ingénieur passé au préalable par une école prestigieuse, Polytechnique.

Le doctorant entrepreneur – Itw de David Vissière par MINES_ParisTech

Découvrez aussi le portrait de David Vissière (ingénieur-docteur) sur notre autre blog Doctrix.


Dr Patrick Tudoret, écrivain dramaturge

Devenu docteur en sciences politiques en 2007 en planchant sur « De la Paléotélévision à la Surtélévision, vie et mort de l’émission littéraire » sous la direction de Lucien Sfez à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, Patrick Tudoret a été lauréat des Prix de l’Inathèque cette même année. Sa thèse publiée sous le titre « L’Ecrivain sacrifié » par l’ INA/le Bord de l’eau en 2009 a été Grand prix de la critique littéraire et prix Charles Oulmont de la Fondation de France en 2009.

Parallèlement à ses recherches, il a été responsable, puis directeur de la communication pour l’UAP, la Banque Indosuez, le groupe Euler et a choisi, il y a dix ans, de devenir consultant et chercheur auprès d’institutions nationales et internationales, comme la Commission européenne.

P. Tudoret est aussi coach, écrivain et auteur de treize livres – romans, essais… – et de deux pièces de théâtre ; co-producteur et co-animateur de Tambour battant, une émission hebdomadaire de débats sur la TNT d’Ile-de-France.

Il est interviewé par Sébastien Poulain et a choisi la patience comme qualité des docteurs.


Agathe Cagé, doctorante, joue cartes sur table

Normalienne doctorante depuis 3 ans, financée pendant 4 mois par un contrat doctoral auquel elle a mis fin lorsqu’elle a été reçue à l’ENA, Agathe Cagé réalise une thèse sur « Production intellectuelle, besoins programmatiques et prises de position : quelle réception par les professionnels de la politique des contributions des intellectuels ? » sous la direction de Frédéric Sawicki à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Elle a enseigné à l’Ecole supérieure de commerce de La Rochelle et l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Elle est membre fondatrice du think tank Cartes sur table.

Elle est interviewée par Sébastien Poulain et pense qu’il faut « revaloriser l’image des docteurs souvent vus comme des rats de bibliothèque », particulièrement en Sciences Humaines et Sociales.


Dr Bastien François, pour Europe Ecologie Les Verts

Bastien François est docteur en science politique en 1992 avec une thèse sur « La cinquième République dans son droit » réalisée sous la direction de Jacques Lagroye, à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Pendant les 7 années dédiées à sa thèse, Bastien François a été allocataire moniteur (AM) pendant 3 ans puis Attaché temporaire d’enseignement et de recherche (ATER) pendant 2 ans.

Depuis 2010, il est président de la commission de l’Enseignement supérieur et de la recherche du Conseil régional d’Ile-de-France pour Europe Ecologie Les Verts.

Il est interviewé par Sébastien Poulain et il a choisi la persévérance comme compétence phare des docteurs.


Dr Sébastien Richez, chargé de recherche à La Poste

Sébastien Richez, est docteur en histoire. Le sujet de ses recherches : « Le développement des Postes au XIXe siècle : acculturation des Français, implantation et mutation des infrastructures et des personnels par l’illustration de la Normandie : 1830-1914 ».

Sa thèse a été menée de 1998 à 2002 sous la direction de Jean-Pierre Daviet à l’Université de Caen/Basse-Normandie. Elle a été financée grâce à trois années d’allocation de recherche et trois années de bourse auprès du comité pour l’histoire de La Poste  ; des vacations auprès du laboratoire CNRS / Géo-cités (décembre 2003 à mai 2004), chercheur à l’Institut de recherche et de prospective postale (IREPP) (juin à décembre 2004).

Depuis décembre 2004, il est chargé de recherche (historien) au comité pour l’histoire de La Poste / Groupe La Poste. Sa thèse a été publiée sous le titre « Postes et Postiers en Normandie. Témoins des transformations nationales (1830-1914) » en 2009.

Il est interviewé par Sebastien Poulain et s’exprime sur les atouts des docteurs en Sciences humaines. Ecoutez la vidéo jusqu’à la fin !


Préjugés !

Plusieurs représentations sociales continuent de stigmatiser les doctorants et docteurs

  • des paresseux :  ils auraient peur à la perspective d’entrer dans la vie active par indécision, fébrilité et inquiétude quant à leur avenir professionnel.
  • des Tanguy : ils préféreraient une forme de « cocooning doctoral » comme « prolongation des études » leur permettant de rester bien au chaud dans leur laboratoire et leur université, protégés du monde extérieur.
  • des intellos du labo : ils se « prendraient la tête » (suite…)

Qu’est-ce qu’un doctorant?


Source : Collectif des jeunes chercheurs lyonnais, 5 juin 2009


Deux doctorants témoignent

Source : Université d’Angers, mai 2010.


La citation de la semaine

Président de la Commission des présidents d'université

« Aujourd’hui, dans la limite d’un nombre d’emplois et d’une masse salariale définis, il est possible, si la communauté universitaire est d’accord, de supprimer un poste de professeur d’histoire du droit pour créer un poste de directeur informatique. La gestion s’en trouve assouplie, plus proche des besoins, plus réactive. »

Qui l’a dit? Passez votre souris sur la photo.


Ingénieurs de la pédagogie

[COMPETENCES] En créant leurs cours ab initio, en organisant les planning de travaux dirigés (TD), en organisant des conférences, en animant des ateliers, en formant leurs collègues, en répondant à des appels à projet…, les doctorants développent une ingénierie des dispositifs pédagogiques de formation :

  • analyse des besoins,
  • élaboration de cahier des charges,
  • conception et évaluation de dispositifs,
  • coordination d’intervenants, (suite…)

Ils évaluent

[COMPETENCES] En plus de leur habitude d’auto-évaluation, les doctorants ont diverses occasions pour évaluer d’autres travaux.

Ils peuvent :

  • faire partie de comité de lecture pour des revues,
  • écrire des notes de lecture à propos d’ouvrages,
  • devenir secrétaire de rédaction d’une revue, (suite…)

Perfectionnistes

[COMPETENCES] Les doctorants s’évaluent en permanence pour s’améliorer. Ils peuvent relire leurs écrits (articles, ouvrages, communications, thèse) pendant des heures, des jours, des semaines pour perfectionner leur propos.

L'artiste perfectionniste : Danger!Exemple de la thèse : ils peuvent se remettre en question jusqu’au moment du dépôt de la thèse parce qu’ils ont pris connaissance de nouvelles recherches conduites avec de nouvelles approches de la question, de nouvelles méthodologies…

Critique : c’est d’ailleurs une critique qui peut être faite aux doctorants que d’être trop perfectionnistes et donc de perdre parfois du temps à chercher à atteindre un idéal par définition inatteignable.

Cette inclinaison peut être valorisable auprès des employeurs qui utilisent davantage des expressions comme « sens du résultat » et du « service clients ».


Survivors

[COMPETENCES] Le nombre d’abandons de thèse est loin d’être négligeable, et pour diverses raisons :

  • financières,
  • naissance d’un enfant,
  • problème de santé,
  • désaccord avec le directeur de thèse,
  • durée de thèse trop longue…

Les doctorants qui arrivent jusqu’au bout de leur doctorat sont donc courageux, (suite…)


Compétitifs

[COMPETENCES] Les doctorants sont dans une situation de concurrence à de nombreuses reprises :

  • obtenir un directeur de thèse,
  • un contrat doctoral (allocation de thèse),
  • une bourse,
  • un prix,
  • des vacations,
  • une communication dans un colloque,
  • une publication dans une revue…

Des Frawley, Athletics Carnival, Brisbane La formation doctorale oblige à se confronter à la compétition internationale d’une grande âpreté. Les doctorants fréquentent non seulement les meilleurs chercheurs de leur génération, mais aussi les meilleurs de leur discipline.

A une « saine » émulation, peut donc s’ajouter une compétition féroce. Les doctorants sont entraînés à s’imposer par la créativité dans la course aux résultats et aux performances.


Anti facilité

[COMPETENCES] Les doctorants s’attachent à vérifier les faits, les données, à croiser les informations et à travailler selon des procédures précises grâce au fameux raisonnement scientifique : sociologique, mathématique, juridique…

Lorsqu’un fait, un comportement, une donnée, une information contredit une hypothèse, alors la théorie est remise en question.

Les doctorants possèdent donc une « vertu » ou « éthique professionnelle et humaine » (suite…)


Explorateurs de cultures

[COMPETENCES] Les doctorants doivent s’approprier des cultures très différentes les unes des autres au niveau de leur objet d’étude. En effet, ce n’est pas la même chose d’étudier :

  • des ouvriers ou des agriculteurs,
  • des élites politiques, économiques, intellectuelles ou des SDF
  • des aristocrates et des immigrés…

Les capacités d’adaptation culturelle sont encore plus nécessaires lorsqu’il s’agit de partir sur un terrain à l’étranger où il faut apprendre très vite des cultures très différentes.
ridge to the moon

Le doctorant doit :

  • comprendre rapidement les particularismes culturels,
  • apprendre des langues étrangères,
  • développer des connaissances approfondies sur les traditions des peuples et des civilisations…

Assurance tous risques

[COMPETENCES] Les doctorants et docteurs aiment l’incertitude, la résolution des problèmes complexes… Etant habitués à des environnements complexes liés à leurs recherches, ils sont donc à l’aise pour évoluer dans des environnements professionnels :

  • turbulents et instables,
  •  incertains et évolutifs,
  • variables et concurrentiels.

Ils n’hésitent pas à « sortir des cadres » et des « sentiers battus », à prendre des risques (scientifiques, humains, stratégiques, matériels, financiers) et les gérer. Cela peut intéresser des environnements de travail où l’on doit prendre des paris sur l’avenir en permanence : les mondes industriel, politique, de la communication, du marketing…


Dr généraliste

[COMPETENCES] Le fait d’être très spécialisé dans un domaine n’empêche en rien de travailler par la suite dans un domaine totalement différent car la compétence des docteurs ne dépend absolument pas de l’objet qu’ils étudient.

Tous les doctorants acquièrent en formation par la recherche la même méthodologie, la même manière de travailler, la même déontologie.

Le doctorat leur permet d’acquérir une armature de compétences méthodologiques et technologiques transversales.

Leurs employeurs peuvent bénéficier de leur capacité à transposer leurs méthodes dans d’autres activités.


Des experts

[COMPETENCES] Le doctorat est par définition une expertise scientifique et technique de haut niveau (un savoir) acquis grâce à une méthodologie scientifique (un savoir-faire) qui va avec.

Les doctorants ont l’« obligation professionnelle » de maîtriser leur sujet, leur domaine, leur méthodologie pour ne pas perdre en crédibilité au sein de la communauté scientifique.

Ils disposent à la fois de compétences générales liées à leurs disciplines (sociologie, science-politique, histoire…), ainsi que de connaissances spécialisées et précises liées à leurs sujets d’étude.

EXPERT

Chaque sujet de thèse fait acquérir des compétences, capacités, atouts différents. En effet, chaque sujet de doctorat a

  • des enjeux scientifiques, économiques ou sociétaux spécifiques,
  •  des domaines d’application particuliers,
  • et permettent d’acquérir un savoir-faire et bien sûr des expertises scientifiques et techniques différentes.

L’incertitude, ils aiment!

[COMPETENCES] Là où certains fuient les difficultés, les problèmes, les risques, les changements et préfèrent la routine quotidienne, la facilité et la simplicité, les doctorants, au contraire, prennent un réel plaisir devant la difficulté, la complexité des problèmes. C’est ce qui les attire dans le doctorat.

Ils peuvent simplifier des problèmes d’apparence complexes et complexifier des problèmes d’apparence simples.

Ils s’adaptent facilement aux nombreux changements qui sont le quotidien du «monde du travail».

Alors que c’est un réflexe de chacun de se prémunir contre l’incertitude, les doctorants aiment s’y affronter : ils peuvent aider à sortir des préjugés, des lieux communs, des poncifs.


Ils vivent la mobilité

[COMPETENCES] Contexte socio-économique : la société contemporaine et le « monde du travail » évoluent très rapidement du fait notamment de la mondialisation (l’internationalisation des marchés et l’intensification de la concurrence), et de l’importance toujours plus grande de la connaissance, de l’information, de l’informatique, de la communication, de la culture, de l’innovation…

Besoins : donc les professionnels ont plus que jamais besoin de collaborateurs… (suite…)


Curieux

[COMPETENCES] Les doctorants sont curieux « par nature » et se tiennent au courant de l’actualité. Ils veulent ou doivent être au courant de tout ce qui se dit, de tout ce qui se fait, de tout ce qui se pense, à propos de :

  • leur sujet d’étude,
  • leur domaine d’étude,
  • des différentes sciences en général,
  • de l’actualité mondiale.

Pour pouvoir apporter quelque chose aux recherches préexistantes, (suite…)


Superdisciplinaires

[COMPETENCES] Les doctorants doivent maitriser avant tout leur domaine d’étude, la méthodologie et la culture de leur discipline.

Mais ils se trouvent à de nombreuses reprises dans des situations où ils sont confrontés à d’autres cultures, d’autres disciplines, d’autres méthodologies.

Ils participent à des colloques, journées d’études, séminaires, congrès : multidisciplinaires, transdisciplinaires, interdisciplinaires, internationaux.

Ainsi, ils découvrent donc souvent de nouvelles : idées, problématiques, méthodes…

Ils doivent : les comprendre, les connaître, se positionner.


Cogito

[COMPETENCES] L’une des spécialités des doctorants est sans aucun doute la recherche, l’analyse critique et la synthèse d’informations.

En effet, une grande partie du travail des doctorants consiste à analyser et développer des concepts, idées et théories et à synthétiser et résumer des ouvrages, articles, rapports. Ils font face en permanence à une grande quantité d’informations qu’ils doivent organiser, hiérarchiser, classer, ordonner… grâce à des critères et méthodes qu’ils doivent parfois créer eux-mêmes. Ils savent conceptualiser leurs expériences et leurs observations.
Expertise
Grâce à leur capacité d’analyse et de synthèse, ils peuvent redynamiser et rénover des réflexions qui ont été routinisées et banalisées en cumulant les approches, les méthodologies, les points de vue… Ils aident ainsi à sortir des lieux communs, (suite…)


De gentils radars

[COMPETENCES] Les doctorants connaissent la difficulté à :

  • produire un enseignement de qualité,
  • mener à bien une recherche,
  • publier un article,
  • développer des projets…

Par conséquent, ils développent une forme de respect et d’admiration envers leurs ainés et collègues. Ils appliquent aussi cette manière d’être envers les personnes, les groupes, les institutions qu’ils étudient.

Les doctorants ont un oeil plus ouvert, distancié, compréhensif, sensible, (suite…)


Honnêtes et droits

[COMPETENCES] En plus des compétences, les doctorants développent des qualités particulières : honnêteté, probité, objectivité, sérieux, rigueur, goût pour l’effort…

Pourquoi ? Ces qualités découlent du type de travail que constitue le doctorat qui nécessite par définition une méthodologie scientifique (un savoir-faire) et une expertise scientifique et technique de haut niveau (un savoir) qui vont avec.

Comment ? Ils doivent en faire la démonstration à de nombreuses reprises :

  • les doctorants sont invités à faire part de leur méthodologie et de leurs difficultés (suite…)

Ils bossent dur

[COMPETENCES] Les doctorants, ne comptent pas leur investissement personnel, et peuvent passer des heures, des jours, voire des semaines à essayer de résoudre des problèmes complexes auxquels ils font face.

Les doctorants ont une grande capacité de concentration pour l’écriture, (suite…)


Motivés, motivés

[COMPETENCES] Il est inutile de dire qu’il faut une grande motivation pour parvenir à commencer, finir, soutenir une thèse (en plus des études précédant le doctorat qui sont déjà longues).

Les doctorants réalisent une thèse sur plusieurs années (souvent en autant de temps qu’il a fallu pour arriver au doctorat). A bien des égards, le doctorat ressemble à un véritable « parcours du combattant », « semé d’embûches » d’un point de vue  matériel, financier, administratif, social, scientifique…

083/365 motivation

Pourquoi ? Les doctorants doivent être à la fois « débrouillards », « coureurs de fond » et… de fonds.

Exemple : il faut, par exemple, souvent plusieurs années (suite…)