Résultats du 2nd tour de la 10ème circonscription des Hauts-de-Seine

Politique fiction

Si les citoyens de la 10ème circonscription des Hauts-de-Seine avaient élu un grand électeur par ville ou morceau de ville (donc 4 : Vanves, Issy-les-Moulineaux, Boulogne sud, bas de Meudon), et si ces 4 grands électeurs avaient été les seuls à pouvoir élire le député de la circonscription, alors Lucile Schmid (Europe Ecologie – Les Verts soutenue par le PS) aurait été élue car elle a gagné le 2nd tour à Vanves (53,81% soit 5 855 voix), Boulogne (54,30% soit 1 886 voix) et Meudon (50,18% soit 1 665 voix).

Cette victoire aurait été un « exploit » puisqu’il n’y a jamais eu de parlementaire Vert dans les Hauts de Seine en dehors Dr André Gattolin, sénateur élu depuis le 25 septembre 2011. Les derniers députés PS dans les Hauts-de-Seine remontent, quant à eux, à 1993 : Michel Sapin puis Michel Thauvin à partir de 1991 dans la 4ème circonscription (cantons de Nanterre-Nord, Sud-Est, Sud-Ouest et Suresnes) et Philippe Bassinet dans la 11ème circonscription (Bagneux, Malakoff, Montrouge). Ils sont 4 depuis le 17 juin  : Julie Sommaruga dans la 11ème circonscription, Alexis Bachelay dans la 1ère circonscription, Dr Sébastien Pietrasanta dans la 2ème circonscription (Canton de Colombes-Sud, d’Asnières-sur-Seine-Nord et d’Asnières-sur-Seine-Sud) et Jean-Marc Germain dans la 11ème circonscription (Cantons de Châtillon, Clamart, Fontenay-aux-Roses, Le Plessis-Robinson).

Au-delà des Hauts-de-Seine, le Parti Socialiste a obtenu 278 députés (29,22% des voix au 1er tour) et obtient donc la majorité absolue grâce à ses alliés divers gauche (24 députés pour 3,55% des voix au 1er tour) et du Parti Radical de Gauche (13 députés pour 1,67% des voix au 1er tour) et n’auront pas besoin d’EE/LV (18 députés grâce à leur accord très avantageux avec le PS puisqu’ils n’ont obtenu que 6,27% des voix au 1er tour) ou du Front de Gauche (10 députés pour 6,95% des voix au 1er tour) pour mettre en oeuvre leur programme politique.

Mais c’est bien Dr André Santini (Nouveau Centre soutenu par l’UMP) qui a remporté la victoire. Et s’il se fait rattraper par sa concurrente (Lucile Schmid) qu’il a devancé de 2 716 voix (19 486 voix soit 46,74%) contre 4 375 (16 366 voix soit 44,10%) en 2007, il a bien obtenu 53,26% des voix (soit 22 202 voix). Ce score provient de 46,19% (soit 5 026 voix) obtenus à Vanves, 58,03% (soit 13 936 voix) à Issy-les-Moulineaux, 45,70% (soit 1 587 voix) à Boulogne-Billancourt, 49,82% (soit 1 653 voix) à Meudon.

Il fait donc partie des 14 députés (pour 2,70% des voix au 1er tour) du Nouveau Centre / Alliance Centriste qui auraient pu former un groupe parlementaire s’il y a une modification de la réglementation sur la question par le PS (pour faire plaisir au Front de Gauche qui a obtenu 13 députés). Il fallait 30 députés pour créer un tel groupe jusqu’en 1988, puis 20, puis 15 en 2009. Mais des députés UMP (Henri Plagnol député du Val-de-Marne et Bertrand Pancher député de la Meuse) ont rejoint Jean-Louis Borloo dans l’« Union des démocrates et indépendants » créé le mardi 19 juin 2012 grâce l’alliance entre le Parti Radical Valoisien (9 députés pour 1,29% des voix au 1er tour), le Nouveau Centre, le MoDem (2 députés pour 1,74% des voix au 1er tour) et l’Alliance centriste. Le PDI aura donc un groupe parlementaire indépendant de l’UMP qui a obtenu 188 députés (contre 318 en 2007).

La variation des voix entre 2007 et 2012

Si, pour André Santini, le résultat en pourcentage est en baisse – passant de 55,90% à 53,26% -, le nombre de voix a augmenté puisqu’il est passé de 20 741 voix en 2007 à 22 202 voix en 2012. De ces 1 461 voix de plus, 1 321 venait d’Issy-les-Moulineaux (donc 90,4%), 284 de Boulogne et 69 de Meudon. En revanche, il en a perdu 220 à Vanves.

Pour mettre en perspective ces chiffres, il faut savoir qu’il y a eu 5 260 inscrits de plus entre 2007 et 2012, et 4 407 votants en plus au 2nd tour qu’au 1er. De plus, Lucile Schmid qui passe de 44,10% en 2007 à 46,74% en 2012 a davantage augmenté le nombre de votants pour elle qu’André Santini (Elle en a gagné deux fois plus que lui.). Elle passe de 16 366 voix en 2007 à 19 486 voix en 2012, soit 3 120 voix de plus, dont 812 à Vanves, 1223 à Issy-les-Moulineaux, 584 à Boulogne, 504 à Meudon. Lucile Schmid a donc gagné presqu’autant de voix à Issy-les-Moulineaux qu’André Santini, et elle en a gagné beaucoup plus que lui dans les autres villes.

La variation des voix entre le 1er et le 2nd tour

Alors qu’en 2007, André Santini avait obtenu 785 voix de plus au 2nd tour (où il a obtenu 20 741 voix soit 55,90% des voix) par rapport au 1er tour, il a obtenu 3 104 voix de plus au 2nd tour qu’au 1er tour en 2012, dont 970 voix de Vanves (soit 31,25% des voix en plus), 1525 d’Issy-les-Moulineaux (soit 49,13% des voix en plus), 326 de Boulogne (soit 10,50% des voix en plus), 283 de Meudon (soit 9,12% des voix en plus). S’il a l’habitude de faire le plein de vote dès le 1er tour, il semble avoir pu mobiliser au 2nd tour, notamment au sein du Modem-Le Centre pour la France (3,34% soit 1 450 voix au 1er tour), du Parti Chrétien-Démocrate (0,83% soit 359 voix) voire de la gauche car il peut arriver (compte-tenu de ses réussites à Issy-les-Moulineaux) que des personnes de gauche votent pour lui au 2nd tour (voire dès le 1er tour) après avoir voté par conviction à gauche au 1er tour.

Pour ce qui concerne Lucile Schmid, elle avait obtenu 6 078 voix de plus au 2nd tour (où elle a obtenu 16 366 voix soit 44,10%) qu’au 1er tour en 2007 (Elle était au PS à l’époque.), elle a obtenu 9 198 voix de plus au 2nd tour qu’au 1er tour en 2012 (3 120 de plus en 2012 qu’2007), dont 2 385 voix de Vanves (soit 25,93% des voix en plus), 5 262 d’Issy-les-Moulineaux (soit 57,21% des voix en plus), 867 de Boulogne (soit 9,82% des voix en plus) et 683 de Meudon (soit 7,42% des voix en plus).

Il était attendu que Lucile Schmid obtiendrait un grand nombre de voix des citoyens d’Issy-les-Moulineaux au 2nd tour compte-tenu du fait que le dissident socialiste – Laurent Pieuchot – y avait obtenu un score important au 1er tour : 16,75% (soit 4 231 voix soit 80,40% de l’apport en voix d’Issy-les-Moulineaux et 21,71% de la totalité des voix de Lucile Schmid au 2nd tour).

En additionnant les 10 288 voix (soit 23,71%) de Lucile Schmid, les 6 514 voix (soit 15,01%) de Laurent Pieuchot et les 2 304 voix (soit 5,31%) de Lysiane Alezard (Front de Gauche) du 1er tour, on obtient 19 106 voix soit 92 voix de moins que son score final. Elle n’a donc pas réussi à obtenir plus de voix que celles attendues compte-tenu du fait que Laurent Pieuchot et Lysiane Alezard avaient appelé à voter pour elle.

Abstentions

Selon IPSOS et au niveau de la population française, ce sont les 18-24 ans (64%), les ouvriers (59%), les chômeurs (60%), les « bas revenus » (61%), les électeurs du FN et du Modem qui ne se sont pas reconnus dans les candidats du 2nd tour. Dans la 10ème circonscription et par rapport au 2nd tour de 2007, le nombre d’abstentionnistes du 2nd tour de 2012 a augmenté de 853 inscrits (29 119 en 2012 abstentionnistes contre 28 266 en 2007), notamment du fait l’augmentation du nombre d’inscrits. Mais il y a proportionnellement moins d’abstentionnistes  puisqu’ils passent de 42,51% en 2007 à 40,58% en 2012. C’est un pourcentage inférieur à l’abstentionnisme au niveau national qui est de 44,60% (soit 19 281 162 voix) au 2nd tour pour l’année 2012. En revanche, il y avait eu proportionnellement plus d’abstentionnistes au niveau de la 10ème circonscription qu’au niveau national (avec 40,02% soit 14 096 209 voix) au 2nd tour en 2007.

Par ville, le nombre d’abstentionnistes a diminué de 344 personnes à Vanves (passant de 6 819 abstentionnistes en 2007 à 6 475 en 2012), de 494 à Issy-les-Moulineaux (16 936 en 2007 à 17 430 en 2012) et de 64 à Meudon (2 270 en 2007 contre 2 204 en 2012). En revanche, il a augmenté de 156 à Boulogne-Billancourt (2 854 en 2007 contre 3 010 en 2012).

Proportionnellement, il y a moins d’abstentionnistes dans les 4 villes : Vanves (36,88% en 2012 contre 39,30% en 2007), Issy-les-Moulineaux (41,49% en 2012 contre 42,37% en 2007), Boulogne-Billancourt (45,61% en 2012 contre 51,41% en 2007) et Meudon (39,53% en 2012 contre 44,81% en 2007).

Peut-on expliquer cette baisse de l’abstention par le fait que les candidats sont parvenus à mobiliser davantage grâce à la baraque à frites et à crêpes d’André Santini et au cyclopolitain de Lucile Schmid qui ont sillonné la 10ème circonscription ? Il faudrait avoir des éléments ethnographiques et statistiques précis de comparaison entre ce qui s’est passé en 2007 et en 2012 dans la campagne locale mais aussi nationale et d’un point de vue des programmes comme du contexte. Les sympathisants socialistes ont pu croire que Lucile Schmid avait ses chances. Les sympathisants d’André Santini ont quant à eux peut-être  pensé que ce dernier était en danger. Cela aurait contribuer à mobiliser davantage les candidats et leurs équipes, donc les électeurs. En tout cas, le vote contestataire était en baisse au 2nd tour, et on peut le voir aussi avec les votes « blancs et nuls ».

Votes « blancs et nuls »

Rappelons que le vote dit « blanc » (où l’électeur dépose dans l’urne un bulletin dépourvu de tout nom de candidat) et le vote dit « nul » ne sont pas distingués dans le résultat du vote en France. La reconnaissance du vote « blanc » « comme un vote exprimé » était au programme de François Bayrou pour les présidentielles de 2012 et Jacques Remiller, député UMP-Droite populaire de l’Isère, avait déposée le 24 mars 2010 une proposition de loi envisageant de comptabiliser les bulletins blancs et de reporter le scrutin s’ils atteignaient plus de 30%. En Suisse, le vote blanc n’est pris en compte que lors du premier tour dans les élections au scrutin majoritaire. En revanche, les votes blancs sont considérés comme valides à toutes les élections en Espagne.

Le vote dit « nul » est, quant à lui, celui où un bulletin est non valable parce qu’il est au nom d’une personne qui ne se présente pas (sauf pour les municipales des communes de moins de 3 500 habitants) ou qui n’a pas le droit de se présenter, parce qu’il y a plusieurs bulletins dans l’enveloppe, parce qu’on trouve des rayures, des dessins, des messages, des déchirures sur les bulletins ou autre chose qu’un bulletin de vote dans l’enveloppe.

Les votes « blancs et nuls » peuvent être considérés comme des actes politiques forts et signifier le rejet des candidats et partis politiques en compétition. Surtout le vote « blanc » qui est appelé aussi « abstentionnisme civique » dans la mesure où il peut avoir une signification similaire à celle de l’abstentionnisme, sauf qu’elle s’exprime via le système électoral démocratique. Ces votes permettent de mesurer la légitimité d’un élu. Lorsqu’il est très élevé, il peut être considéré comme un appel à de nouvelles élections. Mais il se situe souvent entre 1 et 5% en France : 1,58% (soit 416 267 voix) au 1er tour et 3,85% (soit 923 178 voix) au 2nd tour des législatives de 2012 au niveau national.

Le vote « blanc et nul » a augmenté entre le 1er et le 2nd tour de 411 personnes en 2012 (533 (1,21%) au 1er tour contre 942 (2,21%)). Mais il est parti de plus bas (au 1er tour) et a moins augmenté qu’entre le 1er et le 2nd tour de 2007 où 513 votants de plus avaient voté « blancs et nuls » (603 (1,43%) au 1er tour contre 1 116 (2,92%) au 2nd).

De même qu’il a diminué de 70 personnes entre le 1er tour de 2007 et de 2012 (533 votants (1,21%) en 2012 contre 603 (1,43%) en 2007), il a diminué de 174 au 2nd de 2012 par rapport au 2nd tour de 2007 (942 votants (2,21%) en 2012 contre 1 116 (2,92%) en 2007) malgré l’augmentation du nombre d’inscrits sur les listes électorales.

A noter que c’est à Boulogne mais aussi à Issy-les-Moulineaux qu’on retrouve le plus grand nombre de votants ayant utilisé le vote de rejet que constitue le vote « blanc et nul ». En 2012, 277 (1,08%) personnes ont voté « blancs et nuls » à Issy-les-Moulineaux. et 126 (3,42%) à Boulogne-Billancourt au 1er tour. Au 2nd tour, 568 voix (soit 2,31%) étaient des votes « blancs et nuls » à Issy-les-Moulineaux, 117 (soit 3,26%) à Boulogne-Billancourt . En 2007, 359 (1,47%) personnes ont voté « blancs et nuls » à Issy-les-Moulineaux et 78 (2,45%) à Boulogne-Billancourt au 1er tour. Au 2nd tour, 726 (3,27%) personnes ont voté « blancs et nuls » à Issy-les-Moulineaux et 89 (3,30%) à Boulogne-Billancourt au 2nd tour. Pour ce qui concerne Issy-les-Moulineaux, il faut savoir que le vote électronique, qui est obligatoire dans cette ville, rend impossible le vote nul. Les votes « blancs et nuls » de cette ville sont donc tous des votes blancs.

Explications

On peut faire quelques hypothèses sur les origines de ces résultats. A gauche, le changement de parti politique de Lucile Schmid (du PS vers les EE/LV) entre 2007 et 2012 et la dissidence de Laurent Pieuchot (leader de l’opposition d’Issy-les-Moulineaux jusqu’à présent) ont pu troubler la lisibilité de la campagne.

Mais le problème pour la gauche provient moins de Lucile Schmid que de Dr André Santini qui est en « communion » avec sa ville. Sa réussite aux élections législatives dépend directement de sa réussite à Issy. Or, même ses adversaires politiques lui reconnaissent son innovation et  ses succès qui se sont manifestés à travers la présence de Microsoft, Bouygues Immobilier, Coca-Cola, Orange, Bull, Huawei, Cisco, BFM TV, France 5 et 24, Canal +, La Banque Postale, Cegos, Ifremer, Sodexo, Technicolor… Avec 70 000 emplois pour environ 65 000 habitants, les Isséens ont tout intérêt à voter la continuité puisque le fait d’avoir un maire député ouvre d’autres fenêtres de développements socio-économiques à cette ancienne cité agricole puis ouvrière.

Or, c’est Issy-les-Moulineaux qui fait le député dans la 10ème circonscription. En effet, Issy-les-Moulineaux représentait 57,93% (38 520 sur 66 488) des inscrits de la 10ème circonscription en 2007 et 58,55% (42 014 sur 71 749) en 2012. Issy-les-Moulineaux représente aussi 58,12% (25 530 sur 43 923) des votants au 1er tour et 57,66% (24 584 sur 42 630)  au 2nd tour de 2012.  En 2007, Issy-les-Moulineaux représentait 57,9% (24 503 sur 42 311) des votants au 1er tour et 58% (22 198 sur 38 223) au 2nd tour.

C’est d’ailleurs à Issy-les-Moulineaux que se sont retrouvés les principaux candidats aux législatives les vendredis en fin d’après midi, lors du célèbre marché installé autour de la mairie (même si les deux derniers meetings des deux candidats du 14 juin ont eu lieu à Vanves).

Et finalement, 62,77% des voix d’André Santini proviennent d’Issy-les-Moulineaux (22,63% de Vanves, 7,14% de Boulogne, 7,44% de Meudon) tandis qu’elles représentent 51,72% des voix de Lucile Schmid (30% de Vanves, 9,78% de Boulogne, 8,54% de Meudon).

André Santini peut donc remercier Charles Pasqua (d’ailleurs présent au meeting du lundi 4 juin à Boulogne avec François Fillon, Claude Guéant…). En effet, ce dernier est parti avec les « Pasqua boys » à la conquête des villes tenues par les socialistes dans les années 1970. Ministre de l’intérieur entre 1986 et 1988, il a créé une 10ème circonscription dense (deux maires et trois cantons) en 1986 avec la loi n° 86-825 relative à l’élection des députés et autorisant le Gouvernement à délimiter par ordonnances les circonscriptions électorales. Malakoff – traditionnellement très à gauche (Julie Sommaruga (PS) a obtenu 64,22% au 2nd tour des législatives de 2012 et Marie-Hélène Amiable (PCF) 58,58% en 2007 dans la 11ème circonscription incluant Montrouge, Malakoff et Bagneux) – a été remplacée par des quartiers de Boulogne-Billancourt et de Meudon qui sont des zones moins difficiles que Malakoff pour la droite.

De plus, André Santini a la chance de ne pas être vraiment identifié à un parti au/de pouvoir. Il n’est pas de gauche ni Modem, mais il n’est pas non plus UMP. S’il a fait des réunions politiques avec des membres de l’UMP et a participé au gouvernement Fillon, il était loin de se revendiquer de Nicolas Sarkozy.

Enfin, il est toujours susceptible redevenir ministre car il l’a déjà été, et cela est souvent une fierté pour les habitants de la circonscription. Cela a contribué à sa notoriété au niveau national (bien supérieure à celle de Lucile Schmid), de même que son passage régulier dans les médias qui le considèrent comme un « bon client » compte-tenu de son humour.

L’avenir

Pour ce qui concerne l’avenir, et compte-tenu du fait que le PS dispose du pouvoir dans la plus grande partie des institutions démocratiques (Sénat, Assemblée nationale, gouvernement, présidence, régions, grandes villes), André Santini aura toutes les chances de rester député en 2017 si les politiques socialistes vont à l’échec. Et même si les socialistes réussissent, André Santini aura ses chances, sauf si ses propres politiques au niveau local échouent et sont critiquées par les citoyens de la 10ème circonscription, a fortiori si c’est par  les Isséens.

Il faudra prendre en compte aussi l’avenir politique de Lucile Schmid qui a essuyé sa 3ème défaite aux législatives malgré de nombreux soutiens. Pourra-t-elle se présenter une 4ème fois alors que sa candidature a été contestée par les socialistes d’Issy-les-Moulineaux qui ont soutenu un candidat dissident et même si elle ne fait que gagner des voix élections après élections ?

Les élections municipales de 2014 seront un test décisif.

Résultats du 2nd tour – 17 juin 2012 dans la 10ème circonscription des Hauts-de-Seine

– André Santini (Nouveau Centre) : 53,26 % (soit 22 202 voix) dont 46,19% (soit 5 026 voix) à Vanves, 58,03% (soit 13 936 voix) à Issy-les-Moulineaux, 45,70% (soit 1 587 voix) à Boulogne-Billancourt, 49,82% (soit 1 653 voix) à Meudon

– Lucile Schmid (Europe Ecologie – Les Verts) : 46,74% (soit 19 4l86 voix) dont 53,81% (soit 5 855 voix) à Vanves, 41,97% (soit 10 080 voix) à Issy-les-Moulineaux, 54,30% (soit 1 886 voix) à Boulogne-Billancourt, 50,18% (soit 1 665 voix) à Meudon

– Inscrits : 71 749 dont 17 559 à Vanves, 42 014 à Issy-les-Moulineaux, 6 600 à Boulogne-Billancourt, 5 576 à Meudon

– Abstentions : 40,58% (soit 29 119 voix) dont 36,88% (soit 6 475 voix) à Vanves, 41,49% (soit 17 430 voix) à Issy-les-Moulineaux, 45,61% (soit 3 010 voix) à Boulogne-Billancourt, 39,53% (soit 2 204 voix) à Meudon

– Votants : 59,42% (soit 42 630 voix) dont 63,12% (soit 11 084 voix) à Vanves, 58,51% (soit 24 584 voix) à Issy-les-Moulineaux, 54,39% (soit 3 590 voix) à Boulogne-Billancourt, 60,47% (soit 3 372 voix) à Meudon

– Blancs et nuls : 2,21% (soit 942 voix) dont 1,83% (soit 203 voix) à Vanves, 2,31% (soit 568 voix) à Issy-les-Moulineaux, 3,26% (soit 117 voix) à Boulogne-Billancourt, 1,60% (soit 54 voix) à Meudon

– Exprimés : 97,79% (soit 41 688 voix) dont 98,17% (soit 10 881 voix) à Vanves, 97,69% (soit 24 016 voix) à Issy-les-Moulineaux, 96,74% (soit 3 473 voix) à Boulogne-Billancourt, 98,40% (soit 3 318 voix) à Meudon

Publicités

Déposer vos remarques, questions, suggestions... Vous pouvez interpeller les interviewés

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s