Entrez dans la matrix politix du doctorat!

Honnêtes et droits

[COMPETENCES] En plus des compétences, les doctorants développent des qualités particulières : honnêteté, probité, objectivité, sérieux, rigueur, goût pour l’effort…

Pourquoi ? Ces qualités découlent du type de travail que constitue le doctorat qui nécessite par définition une méthodologie scientifique (un savoir-faire) et une expertise scientifique et technique de haut niveau (un savoir) qui vont avec.

Comment ? Ils doivent en faire la démonstration à de nombreuses reprises :

  • les doctorants sont invités à faire part de leur méthodologie et de leurs difficultés dans l’introduction ou la première partie, voire la conclusion de leur thèse. Cela consiste à expliquer quels ont été les obstacles qu’il a fallu traverser pour aller jusqu’au bout de leur recherche : recueil de données, déplacements sur le terrain, problématisation du sujet, épistémologie, méthodologie…
  • lors de leurs entretiens avec leur directeur de thèse ;
  • lors de divers échanges avec des collègues dans des présentations et des colloques ;
  • lors de la soutenance de la thèse.

Explication : les doctorants ont tout intérêt à faire part des difficultés auxquelles ils ont dû faire face et comment ils ont pu les dépasser via toute une série de « bricolages » intellectuels et méthodologiques.

En effet, cela valorise leur travail. Ils montrent ainsi avec humilité qu’ils ont conscience de leurs limites et des limites de la science et de la recherche. Ils prennent l’habitude de définir les limites d’application de leurs résultats et de prévoir les doutes potentiels.

S’ils essayaient de dissimuler leurs difficultés, leurs collègues se chargeraient de les leur rappeler. Les biais font entièrement partie de la recherche et chacun y fait face à un moment ou à un autre. Ils peuvent donc considérer la remise en cause de leurs résultats par d’autres comme une étape constructive dans l’effort collectif commun et une occasion d’amélioration. Si la difficulté des sujets de thèse est variable, il n’y a pas vraiment de sujet facile.

Exemple : le fait de devoir partir sur un terrain d’étude à l’étranger ne peut qu’accentuer les difficultés, notamment d’un point de vue matériel, communicationnel, culturel… Mais cela ne veut pas dire que la thèse portant sur un terrain d’étude à l’étranger est incomparablement plus difficile.

Il y a de nombreuses façons d’aborder un sujet et il n’est pas évident de dire quelle est la meilleure ou la plus difficile. Mais, au final, le fait de devoir faire part de leurs difficultés joue un rôle non négligeable dans la personnalité des doctorants (sans doute, ce trait de caractère fait déjà partie de sa personnalité avant de débuter leur thèse).

Conséquences pratiques : le développement de ces qualités en font des éléments fiables sur lesquels il est possible de s’appuyer pour le développement d’idées, le lancement de projets, l’organisation d’équipes…

About these ads

Déposer vos remarques, questions, suggestions... Vous pouvez interpeller les interviewés

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.